Orphelinat Joie de vivre

Espoir pour Eux travaille depuis sa création en 2013 avec l’orphelinat Joie de Vivre, en Haïti. Fondé par deux Canadiennes, Sylvie et sa fille Angèle, l’orphelinat accueille une vingtaine d’«enfants» âgés entre 3 et 20 ans et placés par les services sociaux de la ville de Port-au-Prince. La majorité d’entre eux sont atteints du Sida, certains souffrent également de handicaps. Tous ont vécu des situations familiales dramatiques et portent un très lourd passé, fait de mauvais traitements, viols et autres difficultés. La plupart ont encore leur famille et ont des contacts plus ou moins fréquents avec elle.

Espoir pour Eux contribue financièrement aux dépenses quotidiennes de l’orphelinat et aux soins médicaux pour les enfants, sans oublier les imprévus (la génératrice qui lâche, la voiture qui tombe en panne, etc). L’association a également mis en place des parrainages pour les enfants de l’orphelinat et des environs. Les parrainages permettent aux enfants d’aller à l’école et d’avoir un repas par jour. De plus, Espoir pour Eux amène parfois une aide ponctuelle pour des frais médicaux ou des situations dramatiques (une maman dans une grande précarité qui appelle à l’aide par exemple).

2020

Retrouvez les nouvelles de 2020 sous la rubrique Actualités > Haïti

2019

Le comité avait décidé de se rendre en Haïti durant les vacances de Pâques pour visiter les enfants et évaluer les besoins sur place afin d’optimiser son aide. Malheureusement, de vives tensions sur place ont amené la compagnie aérienne à annuler tous ses vols en direction d’Haïti et nous ont donc contraintes à reporter notre voyage.

Fin 2019, la situation était toujours catastrophique en Haïti, particulièrement à Port-au-Prince. Le peuple se soulève et se rebelle contre le gouvernement et demande la démission du président Jovenel Moïse. Le chaos et les violences mettent à mal l’économie du pays. Les prix flambent, les denrées alimentaires se font rares. Les écoles sont fermées, les gens meurent de faim.

Les enfants de l’Orphelinat sont relativement préservés et nous parvenons à leur envoyer de l’argent. Angèle, la responsable, est bloquée au Canada mais les mamies sont là pour s’occuper des enfants.

Pour les familles des enfants parrainés hors de l’orphelinat, le quotidien est très difficile et les enfants ne mangent pas tous les jours. Grâce à l’argent que nous avons envoyé, l’orphelinat a organisé une distribution de nourriture pour soutenir ces familles mais malheureusement cela ne suffit pas. La malnutrition occasionne toutes sortes de maladies.

2018

Dans le courant de l’année, Sylvie a dû retourner au Canada pour des raisons de santé et c’est désormais Angèle seule (secondée par les «mamies» qui aident aux soins, à la cuisine et au ménage) qui est à la barre de l’orphelinat.

Au printemps, deux jeunes femmes, Kelly et Noémie, se sont rendues pour six semaines à l’orphelinat Joie de Vivre afin d’apporter leur aide et s’occuper des enfants. Un soutien précieux pour les responsables et une expérience hors du commun pour elles. Merci à Kelly et Noémie d’avoir donné de leur temps au service des plus démunis.

2017

En juin, Mickenlove, un petit garçon de 9 ans retrouvé abandonné dans une maison deux ans plus tôt, est mort dignement et entouré d’amour et enfin délivré de ses souffrances.

Nous finançons le club d’été mis sur pied par Meana, la jeune maman qui vit à l’orphelinat. Elle organise chaque jour des petites activités, jeux et autres pour occuper les enfants durant les vacances. Ils ont aussi droit à un repas bienvenu.

2016

De nombreux événements ont émaillé la vie de l’orphelinat Joie de Vivre. Sylvie, Angèle et les enfants ont ainsi déménagé deux fois. D’abord vers un premier lieu où elles espéraient construire une structure qui pourrait devenir autonome avec une école et un jardin. Hélas elles n’ont pas pu rester. Elles ont donc recommencé ailleurs, à 1h30 de Port-au-Prince, sur un grand terrain où elles ont réhabilité une ancienne église. Elles ont fait construire également un deuxième bâtiment pour leur propre logement et pour héberger les bénévoles et visiteurs. L’ensemble comprend également une école, rudimentaire pour l’instant, qui accueille les plus jeunes de l’orphelinat ainsi que d’autres enfants des alentours en situation précaire.

Début mai, l’orphelinat a perdu l’un de ses petits pensionnaires que les membres d’Espoir pour Eux connaissaient bien, de nom ou directement: Vérone, 11 ans, est décédé le 5 mai. Il y a quelques années il avait été victime d’un accident de moto-taxi sur le chemin de l’école. De nombreuses opérations s’en sont suivies, en partie financées par Espoir pour Eux. L’association a fait un dernier geste pour lui en finançant ses funérailles.

En fin d’année, Jessica Scherrer s’est rendue en Haïti avec sa sœur et sa maman. Toutes les trois ont ainsi participé au quotidien des enfants et ont pu apporter leur aide et leur affection aux enfants. Un grand merci à elles!

2015

Au mois de juillet, deux jeunes Jurassiennes, Emma Etique et Noémie Rondez, ont séjourné quinze jours à l’orphelinat Joie de Vivre. Elles en ont ramené des souvenirs inoubliables, comme en témoigne le film ci-dessous:

2014

Les responsables de l’orphelinat font face à de nombreuses difficultés: le vol du disjoncteur, des pannes de voiture, etc. Tout cela engendre des coûts. Il faut donc faire des économies un peu partout: les enfants mangent plus de riz, moins de viande. Les poivrons et les oignons ont disparu de leur alimentation, le lait également. Les cours d’anglais eux aussi ont été abandonnés.

A cela s’ajoutent les soucis de santé de Vérone, le petit garçon renversé par une moto-taxi il y a plusieurs mois sur le chemin de l’école. Espoir pour Eux avait payé une opération nécessaire de sa jambe l’année passée. Mais malgré cela Vérone ne remarche pas. Il souffre aussi de tuberculose et de rachitisme. Sa santé nécessiterait des soins spéciaux, mais pour l’instant personne en Haïti n’a pu l’aider.

2013

Noémie Rondez, une jeune Jurassienne de 21 ans, a séjourné à l’orphelinat pendant cinq semaines. Elle a pu aider les responsables de l’orphelinat à s’occuper des 18 enfants accueillis.

Espoir Pour Eux a financé l’achat de 18 matelas pour les enfants; certains en avaient de très très vieux, d’autres n’en n’avaient pas.

H.O.P.E

Nous soutenons également ponctuellement une autre association qui se nomme H.O.P.E. (Haiti Outreach – Pwojè Espoi ). Elle est active dans la région de Borgne, au nord du pays.

Il s’agit d’une organisation qui sillonne les parties les plus reculées du pays pour donner accès à l’école aux enfants qui vivent dans ces campagnes. En effet, les familles n’ont pas la possibilité d’envoyer leurs enfants dans des écoles en ville, celles-ci étant beaucoup trop éloignées. Donc c’est l’école qui vient à eux. Des enseignants se rendent dans ces villages avec des boîtes renfermant du matériel scolaire et dispensent leur savoir aux enfants. Cette association est aussi active dans les domaines de la santé, de l’éducation pour adultes et du développement économique et travaille en partenariat avec les habitants de la région.

Espoir pour Eux a déjà financé l’achat de plusieurs boîtes éducatives.

En 2020, nous avons versé 9000 francs à H.O.P.E. en soutien à l’éducation.

hopehaiti.org